7 juin 2018

Gestion concertée et consensuelle de la forêt classée des Trois Rivières dans la commune de Kalalé : Vers le remplacement du bâton par la carotte.

Comment gérer la zone de culture réservée aux populations riveraines de la forêt classée des Trois Rivières ? Et que faire pour ne pas détruire les plantations réalisées pour la regenerescence de cette foret? Ce sont les deux principaux points sur lesquels les populations riveraines de cette forêt ont eté entretenues ce mardi 05 juin 2018 au moyen d’une grande sensibilisation tenue dans le village de Gnel Djobo arrondissement de Péonga commune de Kalalé. Cette forêt classée des Trois Rivières, d’une superficie de 259 mille 650 hectares qui est située entre les communes de Kalalé, Ségbana, Gogounou et Bembereke connait une forte pression anthropique du fait de l’homme. Arbres détruits par les exploitants forestiers et les paysans, cette forêt classée, la seule au Bénin, si rien n’est fait risque de disparaître. Conscient du rôle que joue les arbres dans la vie de l’humanité, le gouvernement a decidé de régénérer cette forêt à travers un certain nombre d’activités. Cette activité se fait par les agents des eaux, forêts et chasse de Kalalé en collaboration avec l’administration communale. Pour réussir la mise en œuvre de ces activités, la nécessité de sensibiliser les populations riveraines s’avère de mise; d’où la énième séance de sensibilisation celle qui sonne comme une dernière mise en garde desdits populations.

Les populations de Gnel Djobo à la séance.

  • L’un des Adjudants des eaux et forêts de Kalalé s’adresse aux populations de Gnel Djobo.

    Les populations riveraines de la forêt classée ont deux semaines pour quitter les lieux pour s’arrêter sur la zone réservée à la culture et respecter la zone protégée. Aussi, sont-elles invitées à prendre les dispositions pour ne pas détruire les plantations réalisées par le projet Biomasse. Bref, les populations sont invitées à respecter les consignes des agents des eaux et forêts de Kalalé; souligne Lieutenant Jean DETONDE, Coordonnateur de la Cellule technique des activités au sein de la forêt.

Le Lieutenant Jean DETONDE, Coordonnateur de la cellule technique de suivi des activités dans la forêt fait des mises en garde.

Après plusieurs heures d’échanges, les participants ont soulevé des préoccupations auxquelles des éléments de réponses ont été apportées.

Les participants se prononcent.
Des préoccupations des participants.
Cette vieille dénonce les tracasseries dont elles font l’objet lorsqu’elles vont chercher les légumes et autres feuilles pour la sauce.
Le CA Péonga SIDI ISSIAKA apporte la lumière aux participants sur les mesures prises par l’administration Forestière locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *